Après Chambéry, Nancy, Nantes, Marseille et Paris, notre agence toulousaine a célébré les 30 ans de notre entreprise laboratoire, le 24 septembre dernier. Les explorateurs du futur qui nous ont rejoints pour cet évènement ont envisagé l’enjeu de la santé dans le bâtiment durable de demain.

On peut se réjouir de l’amélioration certaine de la performance des bâtiments sur l’environnement, mais les échanges constructifs et prospectifs de cette soirée mettent l’accent sur l’importance de replacer l’habitant et la santé au cœur des processus de conception, de réalisation et d’exploitation des bâtiments.

Conférence

« Demain, des bâtiments performants pour l’environnement et la santé des usagers ? »

Après la projection du film "Inddigo, 30 ans d’entreprise-laboratoire", Suzanne DEOUX, fondatrice de Medieco, a animé une conférence rappelant l’importance de concevoir le bâtiment, le construire et l’exploiter en tenant compte de ses occupants, de leurs besoins physiologiques, sensoriels, sensibles, psychologiques et sociétaux.

Alors que nous passons près de 80 à 90 % de notre temps à l’intérieur, le bâtiment doit être sain. Il doit limiter l’exposition de ses habitants aux risques pathologiques, physiques, chimiques et biologiques tout en étant adapté aux usages de ses habitants, à leur façon de vivre et de vivre ensemble.

Dans les constructions neuves, comme en rénovation, une attention toute particulière doit être apportée à la qualité de l’air intérieur et à la performance de la ventilation. L’air intérieur est en effet plus pollué que l’air extérieur et sa facture santé s’élève à 19 milliards d’euros par an.

Table ronde avec des explorateurs des futurs

Bruno LHOSTE, président d’Inddigo, a invité Suzanne DEOUX, Thierry LANG, épidémiologiste et directeur de l’IFERISS et Chaline DEMATTEO, ingénieur chez Inddigo et coordinatrice des projets de recherche ICHAQAI (Impact de la phase CHAntier sur la Qualité de l’Air Intérieur) et MYCO-BAT, à le rejoindre pour débattre sur le sujet.

En introduction de ce débat, Thierry LANG présente l’évolution du modèle de la santé qui ne se résume plus aux soins, à la prévention et aux traitements. Les facteurs matériels, psychosociaux et relationnels sont davantage considérés. Les environnements dans lesquels nous vivons jouent donc un rôle clé pour notre santé. Si la qualité de l’air, la qualité de l’eau, l’alimentation sont bien entendu en jeu, d’autres éléments comme par exemple la possibilité d’exercer des activités physiques ou encore l’existence de lieux de sociabilisation sont tout aussi importants. En ce sens, les urbanistes ont un rôle indispensable et une légitimité à parler des questions de santé.

Au cours de cette table ronde, et avec nos invités dans la salle, les questions et problématiques suivantes ont été soulevées :
  • Comment concilier tous les aspects du bâtiment et créer des dispositifs autour de l’Habiter ?
  • Comment concilier les espaces fonciers disponibles qui se déplacent sur des friches industrielles ou des bords d’autoroute avec la qualité sanitaire des bâtiments ?
  • Comment concilier l’accès à la mobilité et la baisse de l’exposition aux émissions des voitures ?
  • Rénovation et construction neuve, les enjeux sont-ils les mêmes ?
  • Quel est l’impact des énergies renouvelables ?
  • Quel et le rôle du végétal ?
  • Qu’en est-il des labels ?

Les labels décernés aux bâtiments sont très exigeants sur l’efficacité énergétique, la règlementation thermique et leur l’impact sur l’environnement et jouent un rôle certain dans l’amélioration de leur performance. Pour autant, ils sont rares à placer l’humain, l’habitant au cœur des préoccupations. La certification américaine WELL Building Standard® et une déclinaison française, OsmoZ, ouvrent le champ des possibles, notamment par la mise en place d’outils de management de la qualité de l’air intérieur.

Nous remercions toutes les personnes présentes et nos explorateurs des futurs pour la qualité des échanges prospectifs.

Bâtiment et Santé explorateurs du futur 30ans Inddigo à Toulouse
De gauche à droite :
Suzanne DEOUX, médecin, professeur associé honoraire à l’université d’Angers, fondatrice et consultante Medieco en ingénierie de santé dans le bâtiment et l’aménagement urbain, présidente de l’association Bâtiment Santé Plus
Thierry LANG, directeur de l’Institut Fédératif d’Études et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société (IFERISS), épidémiologiste, professeur à l’université Toulouse III et au CHU de Toulouse, membre du Haut Conseil de la santé publique
Bruno LHOSTE, président d’Inddigo
Charline DEMATTEO, ingénieur diplômée de l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP) chez Inddigo, coordinatrice des projets de recherche ICHAQAI (Impact de la phase CHAntier sur la Qualité de l’Air Intérieur) et MYCO-BAT, accréditée WELL APTM


Partagez sur :
Par mail :
Communauté de Communes Pic Saint-Loup Haute Vallée de l'Hérault
  • Énergie
  • Bâtiment
  • Mobilité
  • Biodiversité
Élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) du Grand Pic Saint-Loup

Comment concilier développement et préservation d’un territoire exceptionnel ?
Le territoire du Pic Saint-Loup Haute Vallée de l’Hérault, aux portes de la Métropole montpelliéraine, connaît une très forte croissance démographique.
Inddigo a accompagné l’élaboration du SCoT vers un équilibre territorial partagé par les acteurs.

Voir l'étude
Inddigo a accompagné le premier SRADDET de France !

Le SRADDET doit être adopté par les Régions avant la fin juillet. C’est chose faite pour la Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur accompagnée par Inddigo est ses partenaires.
On en profite pour vous en dire plus sur ce maxi-schéma.

Lire la suite
Voir plus d'actualités